François Habert, "Corbeille de fleurs et oranger"

Peintures

XVIIe siècle

François Habert, "Corbeille de fleurs et oranger"

François Habert

1

Peintures du XVIIe siècle

François Habert, "Corbeille de fleurs et oranger"

DIMENSIONS : H. 108 cmP. 142 cm

MATERIAUX : Huile sur toile, cadre en bois sculpté et doré

PROVENANCE : France, collection particulière

PRIX : Nous contacter

DEMANDE D'INFORMATION

?

Huile sur toile

Signée F. Habert F. daté 1649 (en bas à gauche)

Toile : H. 108 cm. (42 ½ in.), L. 142 cm. (56 in.)

Encadré :         H. 125 cm (49 ¼  in.),, L. 161 cm (63 1/3 in.)

Epris de clarté, Habert tire un heureux parti du paysage que l’on aperçoit par la fenêtre ouverte. Le sens du plein air, que développent les peintres italianisants, se joint ici à des effets de luxuriance flamande.

Une attention particulière est portée par le peintre à la lumière jouant sur la diversité des surfaces représentées : riches étoffes, fleurs, fruits et feuillages

La disposition horizontale de la composition, affectionnée par Habert, est caractéristique de l'école de nature morte française de l'époque, l'ensemble dégageant une impression d'élégance foisonnante.

 

Bibliographie :

Faré « Le grand siècle de la nature morte en France », Paris, 1974, p. 277, reproduction de notre tableau

François Habert


L'importance de la place occupée par François Habert au sein de la peinture de natures mortes au XVIIe siècle est démontrée par le nombre de tableaux, en grande majorité signés et datés, qui sont parvenus jusqu'à nous. Il existe cependant très peu d'éléments sur sa vie et son nom n'apparaît qu'à deux reprises dans des documents écrits. 

Une première fois dans l'inventaire de Philippe de Champaigne, « Une Guirlande de Fleurs du sieur Habert », une toile acquise pour la somme considérable à l'époque de 100 livres, une seconde fois dans l'inventaire de tableaux de Monsieur Charles Tardif, secrétaire du Maréchal de Boufflers, pour un tableau de fleurs qui aurait été acquis en 1712 auprès de Monsieur de Catinat (M. Faré, Le grand siècle de la nature morte en France, Paris, 1974, p. 275). 

Ses premières oeuvres, datées des années 1640, témoignent d'une forte immersion dans le groupe d'artistes hollandais et flamands qui travaillent alors à Paris. Formé vraisemblablement auprès du flamand Balthasar van der Ast, Habert est, dans un premier temps, sensible à l'influence de Jan Fyt, notamment dans le rendu des fruits. 

On relève également, dans ses premiers tableaux, l'empreinte de Jean-Michel Picart, avec qui on l'a parfois confondu. Il aurait aussi collaboré pour plusieurs oeuvres avec Jacques Hupin, notamment pour Plateau de Fruits, fleurs, orfèvreries et tapis sur une table (voir C. Salvi, D'après nature, la nature morte en France au XVIIe siècle, Tournai, 2000, p. 113). 

C'est surtout Jan Davidsz de Heem, à Anvers, qui va être son principal maître. Ce dernier est au côté de Willem Kalf et Abraham van Beyern, un des principaux propagateurs d'un courant de natures mortes qui se développe au milieu du XVIIe siècle, caractérisé par l'opulence et l'élégance. 

 

La visite de l

La visite de l'amant (Ecole Française)

Campagno Scipione (attr.à), "l

Campagno Scipione (attr.à), "l'entrée du Christ à Jérusalem"

François Habert, "Corbeille de fleurs et oranger"

François Habert, "Corbeille de fleurs et oranger"

Charles Chaplin (1825-1891) - Portrait de jeune fille

Charles Chaplin (1825-1891) - Portrait de jeune fille

Henri Joseph Harpignies - Fagoteuse au bord d

Henri Joseph Harpignies - Fagoteuse au bord d'un ruisseau

Arcy sur Cure - Maximilien Luce (1858-1941)

Arcy sur Cure - Maximilien Luce (1858-1941)

COLLECTION Peintures